Tag  |  miracle

Celui qui ne pouvait parler

En fauteuil roulant dans une maison de retraite du Bélize, un homme écoutait avec joie un groupe de lycéens américains en train de chanter au sujet de Jésus.

Touché par la grâce

Dans le roman de Leif Enger Peace Like a River, Jeremiah Land est concierge dans une école locale et élève seul ses trois enfants.

L’espoir retrouvé

Le soleil se lève-t-il à l’Est ? Le ciel est-il bleu ? L’océan est-il salé ? La masse atomique du cobalt est-elle de 58,9 ?

Seulement par la prière

Durant ses traitements oncologiques, mon amie m’a téléphoné tard un soir...

Rompre le silence

À la fin de l’Ancien Testament, Dieu semble s’être caché. Il y a alors quatre siècles que les Juifs attendent et s’interrogent.

Le bébé du Burger King

Katheryn Deprill venait à peine de naître lorsqu'elle a été abandonnée dans un restaurant Burger King.

Poisson d’avril

Les origines du poisson d’avril remontent à la fin du XVIe siècle lorsque le premier de l’an est passé du 1er avril au 1er janvier dans le calendrier grégorien. On traitait de « poissons » ceux qui, dupes, suivaient l’ancienne tradition, ce qui a créé une nouvelle tradition, celle de jouer des tours. Je me rappelle un tour en particulier où on a lâché dans une école, trois cochons identifiés 1, 2 et 4. Ceux qui cherchaient le cochon numéro 3 ont eu toute une surprise !

Qui m’a touché ?

On dit que la plus grande crainte de l’humain est de parler en public et qu’elle l’emporte même sur la peur de la mort. Un humoriste a déjà fait remarquer que cela signifie que, lors de funérailles, les gens aimeraient mieux être dans le cercueil que de prononcer l’éloge funèbre !

Changer de place

Il n’aurait pas dû se trouver là, mais sa douleur et l’isolement l’avaient poussé au désespoir. Sa vie se résumerait-elle à crier : « Impur ! Impur ! » chaque fois que quelqu’un s’approchait de lui ? À porter des vêtements déchirés pour signaler sa maladie… à se sentir si seul ?

Il y avait longtemps qu’on ne l’avait pas étreint. Et…

Intouchable

La lèpre était l’une des maladies les plus redoutées à l’époque de Jésus. La personne qui en souffrait était condamnée à vivre seule et isolée. Les lois cérémonielles juives interdisaient tout contact physique avec un lépreux. Celui-ci devait vivre hors du camp, à l’écart de sa famille et de ses voisins (LÉ 14.2,3). S’il venait à s’aventurer dans le grand public, il devait crier : « Impur ! Impur ! » afin que les gens sachent qu’ils devaient s’en tenir loin (13.45,46).