Tag  |  délivrance

SELON L’HORLOGE DE DIEU

Je rends visite à deux dames âgées de temps à autre. L’une d’elles est financièrement à l’aise, est en bonne forme pour son âge et vit chez elle, mais elle trouve toujours à redire de quelque chose. L’autre est infirme à cause de l’arthrite et sa mémoire est défaillante. Elle vit en s’accommodant de peu et garde sous la main un carnet lui rappelant ses rendez-vous. Pourtant, chaque fois qu’elle reçoit un visiteur dans son minuscule appartement, elle déclare toujours en premier lieu : « Dieu est tellement bon pour moi. » En lui tendant ce carnet lors de ma dernière visite, j’ai remarqué qu’elle y avait inscrit la veille : « Je sors manger demain midi. Merveilleux ! Un autre jour heureux ! »

L’ESPOIR EN CADEAU

Lorsqu’un puissant typhon a balayé la ville de Tacloban, aux Philippines, en 2013, environ 10 000 personnes sont mortes et beaucoup de survivants se sont retrouvés dans la rue et au chômage. Les produits de base se sont faits rares. Trois mois plus tard, alors que la ville avait encore peine à se sortir de ses ruines, un bébé est né au bord d’une rue à proximité de Tacloban sous des pluies torrentielles et de forts vents. Même si les conditions météorologiques faisaient ressurgir de douloureux souvenirs, les résidents ont uni leurs efforts pour trouver une sage-femme et transporter la mère avec le nouveau-né dans une clinique. Ce poupon a survécu, s’est bien développé et est devenu un symbole d’espoir au cours d’une période de désespoir.

LA SOURCE DE NOTRE SECOURS

À 20 ans, une alpiniste d’expérience du nom de Lygon Stevens avait déjà escaladé le mont McKinley, le mont Rainier, quatre des sommets des Andes en Équateur et trente-neuf des montagnes les plus élevées du Colorado. « Je fais de l’alpinisme parce que j’aime énormément les montagnes, a-t-elle dit, et que j’y rencontre Dieu. » En janvier 2008, Lygon est morte dans une avalanche durant son ascension du Little Bear Peak, dans le sud du Colorado, en compagnie de son frère Nicklis, qui lui a survécu.

Rappelez-vous

Ma femme et moi sommes récemment allés voir une exposition sur le Titanic au musée de notre quartier. En marchant autour des objets, en visionnant des vidéos et en regardant des photos, les événements du 15 avril 1912, le jour où le Titanic a coulé, sont devenus réels pour nous. Le récit d’une femme âgée et de son mari nous a particulièrement émus. Lorsqu’on a demandé à Ida Straus de monter à bord d’un canot de sauvetage avec d’autres femmes et de laisser son mari derrière, elle a refusé. « Je ne me séparerai pas de mon mari. Nous avons vécu ensemble, nous mourrons ensemble », a-t-elle dit. Ils ont été vus pour la dernière fois debout sur le pont, bras dessus, bras dessous, attendant que le bateau descende en eau profonde.

LE DERNIER DES DERNIERS

Contrairement à ceux qui ont une haute estime d’euxmêmes, Jacob savait que ses péchés l’avaient corrompu (Ge 32.10). Il se trouvait indigne de la grâce de Dieu. Il avait usurpé le droit d’aînesse d’Ésaü (ch. 27), et son frère le haïssait pour cela. Ici, des années plus tard, Jacob allait revoir Ésaü.

SE SOUCIE-T-IL DE NOUS ?

Minnie et George Lacy se posaient certaines questions : « Jésus suffitil ? Notre relation avec Christ suffitelle à nous soutenir ? Suffiratil à nous aider à désirer continuer de vivre ? Dieu se soucietil de nous ? »

PRIS EN FILATURE

Quelqu’un m’avait pris en filature. Dans un corridor sombre, j’ai tourné le coin pour monter un escalier quand ce que j’ai vu m’a alarmé et m’a arrêté net. La même chose s’est produite quelques jours plus tard. J’ai tourné le coin arrière d’un café que j’aimais beaucoup quand j’ai vu la grande ombre d’une personne venir vers moi. Les deux incidents se sont toutefois soldés par un sourire. J’avais eu peur de ma propre ombre !

DE MYSTÉRIEUX DÉTOURS

Avant d’amorcer un trajet en voiture de 650 km avec ma femme, j’ai réglé le GPS sur notre destination : la maison de notre fille au Missouri. Tandis que nous traversions l’Illinois, le GPS nous a indiqué de quitter l’autoroute, ce qui nous a amenés à faire un détour par la ville de Harvey. Après que le GPS nous a ensuite ramenés sur l’I80, ce détour m’a laissé perplexe. Pourquoi nous avaiton fait quitter une autoroute parfaitement bonne ?

Pris au piège

À une certaine période, alors que j’avais une étroite relation avec Jésus, la vie est devenue extrêmement difficile. J’avais dit à un ami que je me sentais comme une souris, secouée de part et d’autre dans les pattes d’un chat jouant avec sa victime avant d’y porter le coup de grâce.

LE PETIT GÉANT

L’ennemi géant avance à grandes enjambées dans la vallée d’Élah. Sa taille est de 2,75 m. Son armure, qui comporte plusieurs petites cuirasses en bronze, brille sous le soleil. Sa lance est entourée de cordes, afin de la faire tournoyer dans l’air, de lui permettre de parcourir une plus grande distance et d’être plus précise. Goliath semble invincible.